Archive for the ‘SANTE’ Category

Enquête aux Etats-Unis sur la pilule anti-obésité Alli: faut-il un bilan hépatique avant?

25 août 2009

Les autorités sanitaires américaines examinent des rapports faisant état de lésions du foie chez des personnes qui ont utilisé le Xenical, le médicament contre l’obésité de Roche Holding, ou sa version vendue sans ordonnance, la pilule Alli distribuée par GlaxoSmithKline.

Les autorités sanitaires américaines examinent des rapports faisant état de lésions du foie chez des personnes qui ont utilisé le Xenical, le médicament contre l'obésité de Roche Holding, ou sa version vendue sans ordonnance, la pilule Alli distribuée par GlaxoSmithKline. (Reuters/Eric Gaillard)Les autorités sanitaires américaines examinent des rapports faisant état de lésions du foie chez des personnes qui ont utilisé le Xenical, le médicament contre l’obésité de Roche Holding, ou sa version vendue sans ordonnance, la pilule Alli distribuée par GlaxoSmithKline. (Reuters/Eric Gaillard)

La FDA (Food and Drug Administration) a indiqué lundi qu’elle avait reçu 32 rapports entre 1999 et 2008 signalant de telles lésions du foie. Tous les cas, sauf deux, concernaient le Xenical et s’étaient produits en dehors des Etats-Unis.

Sur ces 32 cas, 27 patients ont été hospitalisés et, dans six cas, le foie a cessé de fonctionner, a précisé la FDA.

« L’analyse de ces données se poursuit et aucune association définitive entre les lésions du foie et l’orlistat (l’appellation générique du Xenical) n’a été établie à ce stade« , a déclaré la FDA, en ajoutant que les personnes qui prennent ce traitement devaient continuer à l’utiliser comme il leur a été prescrit.

Glaxo a fait savoir dans un communiqué qu’il n’y avait « pas de preuve de dégâts provoqués par Alli au niveau du foie« . Les personnes en surpoids ou obèses sont prédisposées aux problèmes de santé liés au foie, a ajouté le groupe pharmaceutique britannique.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès de Roche.

D’après Reuters

PS: Le titre a été modifié par biolanhar

Santé Cancer: Les dangers de la bière quotidienne

25 août 2009
Deux pintes de bière

Un lien entre la consommation quotidienne de bière et de spiritueux et l’apparition du cancer a été établi par des chercheurs des universités McGill et de Montréal.

Leur enquête a porté sur 3600 hommes âgés de 35 à 70 ans. Elle montre que ceux qui ont bu en moyenne une de ces boissons par jour ont plus de probabilité de développer six types de cancers que les hommes qui ne boivent qu’occasionnellement ou pas du tout.

Ainsi, les hommes qui se trouvent dans la catégorie des grands consommateurs d’alcool:

  • augmentent par sept leur risque de développer un cancer de l’œsophage;
  • ont 80 % plus de risques de développer un cancer du côlon;
  • augmentent de 50 % leur risque d’avoir un cancer du poumon.

En outre, ce risque s’accroît généralement avec le nombre d’années de consommation.

Le vin exclu

Les chercheurs ont constaté que seuls la bière et les spiritueux (et non le vin) sont liés à ce risque accru de cancer.

D’autres études ont déjà montré que le fait de boire modérément (pas plus d’un verre ou deux par jour) est une habitude bonne pour la santé, en particulier lorsqu’il s’agit de diminuer le risque de problèmes cardiaques.

Cette enquête porte à croire maintenant que même une consommation modérée de bière ou d’alcool pourrait être nuisible.

Ce sont les personnes qui boivent chaque jour ou plusieurs fois par jour qui sont à risque. Cela ajoute au nombre croissant de preuves indiquant que le fait de consommer beaucoup d’alcool nuit considérablement à la santé, de plusieurs manières, et que le cancer représente une part importante des risques.

Pre Andrea Benedetti, Université McGill

Détails: Dans le bulletin Cancer Detection and Prevention.

Gare aux médicaments

12 août 2009

Santé Canada met en garde la population contre l’achat de médicaments d’ordonnance dans Internet. Même si à première vue certaines personnes pensent faire une bonne affaire en faisant de tels achats, l’aventure demeure risquée, selon les autorités.

En quelques clics de souris, un internaute peut dénicher dans Internet des médicaments contre l’obésité, l’impuissance, la calvitie, la grippe, ainsi que des médicaments pour stimuler la mémoire, pour combattre le stress ou pour arrêter de fumer. Des milliers de pilules sont offertes à des prix concurrentiels sur des sites d’Amérique, d’Europe ou d’Asie et peuvent être livrées directement à domicile.

Ce type de commerce inquiète Santé Canada, qui invite la population à se méfier de ces entreprises s’il n’y a pas d’adresse ou de numéro de téléphone pour les joindre ou si elles vendent des médicaments sans exiger d’ordonnance.

Des risques pour la santé

En plus des risques de fraude, Santé Canada soutient que ce genre de commerce comporte également des risques pour la santé. Diane Lamarre, présidente de l’Ordre des pharmaciens du Québec, abonde dans le même sens. Des médicaments contrefaits circulent et les patients devraient s’en tenir loin.

« Quand un médicament nous est fourni par le pharmacien, on est capable de le retracer, si jamais il y avait quelque chose qui arrivait. On serait capable de retrouver les gens qui, volontairement, ont mis sur le marché un médicament contrefait. […] Ce qu’on n’est pas capable de faire lorsqu’on s’approvisionne par Internet », souligne-t-elle.

La présidente de l’Ordre des pharmaciens du Québec ajoute que même si les médicaments sont de bonne qualité, leur achat par Internet peut poser des problèmes. Ils n’apparaîtront pas dans le dossier personnel des clients à la pharmacie, ce qui pourrait nuire au travail des pharmaciens.

audio-vidéo

Le reportage de Pascale-Marie Dufour

Mes bonnes résolutions anti-hypertension

11 août 2009

Si vous faites de l’hypertension, les médicaments ne représentent pas à eux seuls la solution. Des modifications de votre hygiène de vie s’imposent. D’ailleurs, très souvent, elles suffisent à faire baisser votre tension artérielle, vous évitant ainsi de prendre des médicaments tous les jours. Suivez le guide.
Le traitement de l’hypertension débute toujours par des mesures hygiéno-diététiques. Ce n’est que si elles se révèlent insuffisantes (3 à 6 mois) pour atteindre l’objectif thérapeutique, qu’elles seront associées à un médicament antihypertenseur.

Que faut-il changer à mes habitudes ?

1) Limiter les apports en sel (NaCl) à 6 g par jour maximum. Il faut donc saler moins les aliments lors de leur préparation, ne pas resaler à table et éviter tous les aliments très riches en sel : charcuteries, sauces, fritures, biscuits apéritifs, plats industriels…

2) Adopter un régime alimentaire riche en légumes, en fruits, et pauvre en graisses saturées (graisses d’origine animale). Parallèlement, manger du poisson deux à trois fois par semaine pour bénéficier des apports en oméga-3, un acide gras protecteur du système cardiovasculaire.

3) Diminuer la consommation d’alcool (pas plus de 1 à 6 verres par semaine). Voire s’abstenir complètement.

4) Arrêt du tabac.

5) Pratiquer une activité physique régulière (minimum 30 minutes, 3 fois par semaine). La simple marche à une allure moyenne contribue déjà à améliorer la tension artérielle, à condition qu’elle soit très régulière.

6) Maintenir un poids stable ou perdre du poids en cas de surcharge pondérale. Le fait de combiner l’activité physique et les bonnes habitudes alimentaires y contribue déjà.

7) Gérer le stress. L’adrénaline produite en situation de stress est connue pour élever la tension artérielle. C’est ainsi qu’à la longue, le stress chronique peut endommager les artères et le cœur. Pour lutter contre le stress, il est important de commencer par déterminer son origine afin de mieux le contrôler.

Le respect de ces mesures suffit souvent à faire baisser la pression artérielle. Si cette baisse reste insuffisance, le médecin peut prescrire des médicaments antihypertenseurs.

Un suivi régulier s’impose afin de dépister les complications cardiovasculaires à temps et d’adapter le traitement.

BIOLANHAR
D’après : Recommandations de la Haute autorité de santé française (HAS), actualisées en 2005.